Photo d'arrière-plan : Jeanine Dubourg.
Images "visages de" soumises à copyright, ne pas copier, blabla, du vol, blabla
MERCI !!!

Consultez notre page de liens

Si vous aimez la photographie, regardez le site: http://dominiquevalente.fr
If you love photography look website : http://dominiquevalente.fr
Si vous aimez la montagne, regardez mon autre blog : Monts et merveilles


12/01/2015

Visage de DJIBOUTI

La République de Djibouti est un pays de la corne d’Afrique, situé sur la côte ouest du débouché méridional de la mer rouge. Il est limitrophe de la Somalie, de l’Ethiopie et de l’Erythrée.
Djibouti est le nom de sa principale ville et capitale.
Quelques dates :
1859 Création du territoire de la Côte Française des Somalis par les français.
1888 Création du port de Djibouti.
1949 Djibouti devient un port franc.
1967 Devient le Territoire français des Afars et des Issas, mais reste sous tutelle française.
1977 Proclamation de l’indépendance, naissance de la République de Djibouti.


Au loin, le port commercial de Djibouti (1965)

Aventuriers, grands reporters et contrebandiers échouent sur ce caillou de la mer Rouge: Arthur Rimbaud, Albert Londres, Joseph Kessel ou Henry de Monfreid créent un mythe, enquêtent et trafiquent.

 
Arthur Rimbaud (1864-1891) 
 A l'âge de 27 ans, Arthur Rimbaud devient négociant en Abyssinie. L'homme aux semelles de vent est aussi explorateur - avec des penchants de colonisateur. Il souhaite ouvrir une concession dans le port d'Obock, face au Yémen, et prodigue ses conseils à l'administration française.



Le dormeur du val
C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

 Djibouti (1965)


Henry de monfreid (1879 1974)

Il fait d'abord le négoce du café et de peaux en Éthiopie  puis, attiré par la mer, il s'installe à Djibouti fin 1913 où il achète un boutre, baptisé le Fath-el-Rahman, et avec lequel il amorce la vie aventureuse qui fera l'objet de son premier récit autobiographique: Les Secrets de la Mer Rouge. Plus tard, installé à Obock, il construit ses navires avec ses propres moyens, dont le plus célèbre, l'Altaïr, goélette de 25 mètres avec seulement 2 mètres de tirant d'eau et gréé de voiles auriques, lui permettra de fréquenter les rives de la mer Rouge cernée de bancs de récifs.

Il entame ensuite une vie de contrebandier.

 Djibouti (1965)

Djibouti (1965)

Un boutre, Djibouti (1965)


Un élément marquant la situation sanitaire de Djibouti est l’importance de la consommation du khat.
Le khat est un arbuste originaire d’Ethiopie. Il est consommé par les habitants de Djibouti qui en mâchent longuement les feuilles pour leur effet stimulant et euphorisant.
En 1965 la régie Renault patronnait une campagne contre la consommation du khat à Djibouti. On pouvait voir des banderoles dans les rues sur lesquelles était inscrit « pas de khat mais une R4 » (bel échantillon de l’esprit français).

 Il consomme moins qu'une R4
Djibouti (1965)

Lui aussi 
Djibouti (1965)

Djibouti (1965)

 Djibouti (1965)

 Djibouti (1965)

".... des pays imbéciles où jamais il ne pleut,
où l'on ne sait rien du tonnerre."
Djibouti (1965)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci d'être poli et respectueux dans vos commentaires, même si notre travail ne vous plait pas :-)